MSINT11-1.10 Séminaire d’intégration S1

Le séminaire d’intégration a pour objectif central d’accompagner l’étudiant[1] dans la construction de liens entre la théorie et la pratique.

Les apports de la didactique et des sciences de l’éducation ainsi que la prise en compte de l’expérience et du parcours antérieur de l’étudiant sont mis en regard de la pratique au sein du séminaire d’intégration.

L’analyse de situations et de pratiques doit permettre à l’étudiant de se familiariser avec le référentiel de compétences de la formation et de faire des liens entre des compétences professionnelles et des pratiques observées et des activités conduites en classe. Le rapport entre disciplines académiques et disciplines enseignées sera au cœur de la réflexion.

Séance 1 : mercredi 28 septembre 2016 (16h15 à 17h45)

Présentation du séminaire d’intégration (cf document distribué en séance Conditions-cadres MSINT11-1.10) : intention, modalités, contenu des séances.

Le journal de bord : Le journal de bord reste à l’usage exclusif de l’étudiant et son contenu ne fait pas partie de la validation en tant que tel. Le document de suivi formatif du stage et d’autres traces peuvent venir compéter le journal de bord.

  • outils numériques envisageables : un blog en mode privé (wordpresstumblr.com), applications mac/iPhone/iPad (DayOne), application chrome/windows/android/mac/web (Journey), pour iOS, Android, Mac, Windows, Linux et le web mais uniquement pour du texte (Simplenote). Un outil plus généraliste : Evernote.

Le texte semestriel

A la fin de chaque semestre, l’étudiant rédige un texte personnel à partir de sa relecture du journal de bord. En plus d’un commentaire construit, des mises en liens avec des éléments théoriques (lectures, cours, etc) viennent enrichir le questionnement et la réflexion. Chaque texte semestriel comptera 3 à 5 pages, times 12, interligne simple (env. 8500 signes). Les règles en matière de citations seront appliquées.

Thème du premier semestre : le rapport au savoir

A lire pour la prochaine séance (texte distribué en séance): Bautier, E., Charlot, B., Rochex, J.-Y. (2000). Entre apprentissage et métier d’élève : le rapport au savoir. In van Zanten, A. L’école, état des savoirs. Paris: La Découverte, p. 179-188.

Séance 2 : mercredi 19 octobre 2016 (16h00 à 17h30)

En préambule : document de synthèse semestre 1 : seminaireintegration_semestre1

A partir de la lecture de Bautier, E., Charlot, B., Rochex, J.-Y. (2000). Entre apprentissage et métier d’élève : le rapport au savoir. In van Zanten, A. L’école, état des savoirs. Paris: La Découverte, p. 179-188:

  • Eléments de la lecture auxquels j’adhère…
  • Eléments de la lecture auxquels je n’adhère pas…
  • Ce qui n’est pas clair pour moi…
  • Elément(s) que je souhaiterais approfondir.

Schéma de synthèse de l’article :

rapportausavoir

https://my.mindnode.com/A7hJooYWmFpyt3m8TCvATpC8spdy5Dp5YyvBTp3o#-1558.8,235.9,-5

Les axes des différentes recherches concernant le rapport au savoir:

Rapport au savoir. Axes théorique

https://my.mindnode.com/eGshQ3zLFyyVH47whHFsc1HfLqksgQZpv4ZNpWeS

Prolongement: Le rapport au(x) savoir(s) du côté de l’enseignant: Le rapport au savoir des enseignantes et des enseignants : enjeux éthiques et sociopolitiques par Guy Bourgeault (Université de Montréal)

Conférence de Guy Bourgeault (Université de Montréal) présentée le 2 mai 2013 lors du Colloque international en éducation: enjeux actuels et futurs de la formation et de la profession enseignante, au Centre Sheraton de Montréal (Canada). Les questions posées :  Quel rapport au savoir ou à la connaissance animera demain l’action de ceux et celles qui se préparent aujourd’hui à l’enseignement? Quel rapport au savoir leur enseignement suscitera-t-il chez leurs élèves?

Le rapport au savoir des enseignantes et des enseignants : enjeux éthiques et sociopolitiques.

Ma tâche pour la prochaine séance (mercredi 16 novembre 16h00 à 17h30)

Je viens avec un exemple de mon Journal de Bord en lien avec la thématique du rapport au(x) savoir(s) et présentant un écart, une mise à distance, une tension entre

  • savoirs académiques
  • savoirs à enseigner
  • savoirs pour enseigner
  • savoirs appris par l’élève/les élèves
  • le rapport aux savoirs de l’élève à ma discipline
  • mon rapport au(x) savoir(s) en tant qu’enseignant-e

Séance 3 : mercredi 16 novembre 2016 (16h00 à 17h30)

Par groupe, chacun présente son exemple de rapport aux savoirs.

Consigne pour la présentation (5 à 10 minutes par personne):

  • respecter le principe de l’implication personnelle
  • appui, clairement identifié sur le journal de bord
  • lien possible avec une, des références théoriques (référence à des cours, des articles, des ouvrages)
  • développer des liens

Rôle des autres membres du groupe :

  • relever les éléments de l’implication personnelle, les généralisations, les modélisations déontiques
  • faire des liens avec son rapport au savoir
  • demander si nécessaire d’expliciter le propos
  • faire des propositions d’ancrage théorique (lien à des cours, des articles, des ouvrages)
  • faire des suggestions
  • parler en « je »
  • mesurer le lien avec le thème du semestre

TOUS : identifier le champ du rapport aux savoirs pour chaque exemple sur la base du schéma ci-dessous :

Rapport au savoir. Axes théorique

Séance 4 : mercredi 14 décembre 2016 (16h00 à 17h30)

Au premier semestre les séances ont lieu à la salle C33-820.

[1] Afin de ne pas alourdir le texte, nous utilisons le masculin comme forme générique.